Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Les 5 plus grands mythes du whisky canadien

Les 5 plus grands mythes du whisky canadien

Ce n’est un secret pour personne que le bourbon et le whisky du Tennessee font fureur. Mais il y a en fait un autre whisky nord-américain qui est presque aussi gros vendeur aux États-Unis: le whisky canadien. Notre voisin du nord a une longue histoire de fabrication de spiritueux, mais il existe de nombreuses idées fausses bien ancrées sur l’alcool du pays. Pour éviter un futur incident international, nous avons décidé de démystifier quelques-uns des mythes les plus courants sur le whisky canadien. Heureusement, Don Livermore, le maître mélangeur des distilleries Corby, qui produit Wiser’s, Pike Creek et Lot. Le n ° 40 est là pour vous aider.

1. C’est de la vodka brune

«Il y a une perception dans l'industrie du whisky que le whisky canadien est très léger et est connu sous le nom de vodka brune», dit Livermore. «Mais en réalité, le whisky canadien peut être assez dynamique et complexe. En fait, il existe une grande sélection au Canada de whiskies vieillis dans une gamme de barriques et fabriqués à partir d'une variété de recettes. Bon nombre de ces embouteillages intéressants sont enfin exportés de l'autre côté de la frontière.

2. Interdiction de fabrication de whisky canadien

Même si certains alcools canadiens ont trouvé leur chemin aux États-Unis pendant la prohibition, ce n’était pas une aubaine pour les distillateurs du pays. «En l'espace de 10 ans, un vendeur, Harry Hatch, a acheté quatre des cinq plus grandes distilleries de whisky au Canada: Wiser’s, Corby, Hiram Walker et Gooderham & Worts», explique Livermore. «Harry avait des moyens de vendre illégalement des produits aux États-Unis, mais en vérité, pour un vendeur, avoir la capacité d'acheter la plupart des leaders de l'industrie signifiait que les temps n'étaient pas très bons.

3. Il est fabriqué à partir de Just Rye

Il n'y a qu'une seule loi pour produire du whisky canadien: il doit être fermenté, distillé et vieilli au Canada. C'est tout. Et tout comme le bourbon, le whisky canadien est généralement fabriqué à partir de plusieurs grains différents. Cependant, contrairement au bourbon, au Canada, chaque grain est généralement fermenté, distillé et vieilli séparément. Ils ne sont combinés qu’à la toute fin, ce qui signifie que la quantité de whisky de seigle ajoutée à chaque mélange varie considérablement.

4. C'est pour les Canadiens

Non seulement l'Amérique a été un marché très fort pour le whisky canadien récemment (selon le Distilled Spirits Council des États-Unis, plus de 16 millions de caisses de neuf litres ont été vendues en 2012), mais en fait, nous avons également contribué à créer la catégorie. Grâce à la guerre civile (et aux Highland Clearances en Écosse) qui ont fermé les distilleries, de nombreux pionniers du whisky comme JP Wiser, Hiram Walker, Henry Corby, William Gooderham et James Worts se sont installés au Canada. En conséquence, «en 1900, la distillerie Gooderham & Worts à Toronto était l'une des plus grandes distilleries au monde, produisant 2 millions de gallons par an», dit Livermore.

5. C’est le même whisky que votre père a bu

Livermore admet que les distillateurs canadiens «ont une longue histoire de produits de qualité fabriqués de la même manière depuis plusieurs années». Mais les goûts ont certainement changé à chaque génération, et «la catégorie est configurée de manière à permettre de nombreux types de styles de whisky.» La popularité des nouveaux whiskies de seigle pur, épicés et en petites quantités le prouve certainement.

Voir la vidéo: Metallica: Nothing Else Matters Official Music Video (Septembre 2020).