Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

La Première Dame répond aux tentatives d'annulation des réformes nutritionnelles

La Première Dame répond aux tentatives d'annulation des réformes nutritionnelles

Michelle Obama exhorte les lecteurs à suivre les conseils nutritionnels des professionnels de la santé, et non des politiciens.

Cette semaine, la première dame Michelle Obama a écrit un éditorial dans le New York Times en réponse aux récentes initiatives des membres du Congrès visant à repousser d'importantes réformes nutritionnelles et des mesures contre l'obésité infantile.

Obama, dont l'initiative Let's Move a ouvert la voie à une plus grande sensibilisation nutritionnelle à travers le pays, a conduit à des changements tels que l'amélioration des déjeuners scolaires dans 90 pour cent des écoles et des restrictions plus importantes sur la façon dont les entreprises de malbouffe ciblent les jeunes consommateurs.

À la suite de ces mouvements et de mouvements similaires, les taux d'obésité chez les jeunes enfants ont finalement commencé à baisser pour la première fois en une décennie.

"Nous savons que lorsque nous nous appuyons sur des données scientifiques solides, nous pouvons réellement commencer à inverser la tendance de l'obésité infantile", écrit la Première Dame.

Pourtant, au lieu de développer davantage ces programmes bénéfiques, il y a des membres de la Chambre des représentants travailler pour les faire reculer. "Ils veulent rendre facultatif, et non obligatoire, que les écoles servent des fruits et des légumes à nos enfants."

Il n'y a pas si longtemps, rappelle Obama, le Congrès a décidé de compter la sauce tomate sur une part de pizza comme légume. « Pas besoin d'être nutritionniste pour savoir que cela n'a pas beaucoup de sens », dit la Première Dame.

En conclusion, Michelle Obama implore les lecteurs de se tourner vers les experts, et non vers les élus, pour obtenir des conseils nutritionnels : « Lorsque nous prenons des décisions concernant la santé de nos enfants, nous nous appuyons sur des médecins et des experts qui peuvent nous fournir des informations précises fondées sur des données scientifiques solides. Nos dirigeants à Washington devraient faire de même.

Karen Lo est rédactrice adjointe au Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @appleplexy.


La Première Dame répond aux tentatives d'annulation des réformes nutritionnelles - Recettes

Les sites Web officiels utilisent .gov UNE .gov Le site Web appartient à une organisation gouvernementale officielle des États-Unis.

Les sites Web .gov sécurisés utilisent HTTPS UNE fermer à clé ( Verrouiller Un cadenas verrouillé

) ou https:// signifie que vous êtes connecté en toute sécurité au site Web .gov. Partagez des informations sensibles uniquement sur des sites Web officiels et sécurisés.

Washington, DC, 26 avril 2011 – Aujourd'hui, le secrétaire à l'Agriculture Vilsack a annoncé le début de la période d'évaluation du concours Recipes for Healthy Kids de la Première Dame Michelle Obama. Une équipe de juges dirigée par Audrey Rowe, administratrice du service d'alimentation et de nutrition de l'USDA, a visité une école locale à Greeley aujourd'hui, inaugurant des visites dans 15 écoles semi-finalistes à travers le pays. L'USDA et la Première Dame ont lancé le concours Recipes for Healthy Kids en septembre dernier, mettant au défi des équipes de professionnels de la nutrition scolaire, de chefs, d'étudiants et de membres de la communauté à développer des recettes créatives, nutritives et approuvées par les enfants que les écoles peuvent facilement intégrer au programme national de repas scolaires. menus.

"Recipes for Healthy Kids s'appuie sur la créativité et l'expertise culinaires américaines pour améliorer les repas scolaires avec des recettes inspirées des enfants", a déclaré le secrétaire à l'Agriculture Vilsack. "Avec de nombreux enfants consommant jusqu'à la moitié de leurs calories quotidiennes à l'école, la création de repas sains est une étape importante dans les efforts de l'administration Obama pour lutter contre l'obésité infantile et améliorer la santé et le bien-être de tous nos enfants."

Conformément aux règles du concours Recipes for Healthy Kids et aux critères de jugement, les équipes du Food Nutrition Service (FNS) et de l'American Culinary Federation (ACF) ont déterminé les cinq meilleures recettes dans chacune des trois catégories du concours parmi les 340 recettes reçues. avant la date limite de soumission. Quinze recettes ont été choisies pour avancer dans la compétition des écoles de 11 États. Parmi les candidatures soumises, cinq ont été sélectionnées dans chacune des trois catégories : grains entiers, légumes vert foncé et orange, et haricots secs et pois. Les recettes seront jugées sur la participation des élèves, la nutrition, la créativité et l'originalité, la facilité d'utilisation dans les écoles et la présentation des recettes.

Les recettes et écoles gagnantes des demi-finalistes pour chaque catégorie sont :

  • Chic' Penne, Mission scolaire Harold S. Winograd K-8, Greeley, Colorado
  • Salade méditerranéenne de quinoa, Bellingham Public Schools, Bellingham, Massachusetts
  • Riz vert sauté, œufs et jambon, écoles de Chapel Hill-Carrboro City, Chapel Hill, Caroline du Nord
  • Porcupine Sliders, Intermediate District 287, South Education Center Alternative, Richfield, Minnesota
  • Poulet Alfredo avec une torsion, district scolaire de Kettering City, Kettering, Ohio

Légumes vert foncé et orange

  • Sauté de poulet fajita, de courge et de maïs, district scolaire unifié de Kayenta, Kayenta, Arizona
  • Wrap au poulet hawaïen croustillant, école primaire Mount Liban, Pendleton, Caroline du Sud
  • Wrap de salade de chou croustillant au poisson rôti, Liberty Middle School, Orange County Public Schools, Orlando, Floride
  • Central Valley Harvest Bake, école primaire Joshua Cowell, Manteca, Californie
  • Tasty Tots, Bellingham Public Schools, Bellingham, Massachusetts
  • Les lentilles du sud-ouest, l'école primaire Sweeney, les écoles publiques de Santa Fe, Santa Fe, Nouveau-Mexique
  • Fiesta Wrap, Charter Oak International Academy, West Hartford Public Schools, West Hartford, Connecticut
  • Ragoût de pois chiches espagnol, Skyline High School, Oakland Unified School District, Oakland, Californie
  • Soupe toscane à la dinde fumée et aux haricots, Ira B. Jones Elementary School, Asheville, Caroline du Nord
  • Soupe aux confettis, Burke Middle High School, district scolaire du comté de Charleston, Charleston, Caroline du Sud

Les écoles qui ont inscrit les cinq meilleures recettes de chaque catégorie seront également visitées sur place par une équipe de juges composée d'un responsable de l'USDA, d'un chef de l'American Culinary Federation et d'un professionnel de la nutrition scolaire pour aider à déterminer les trois finalistes (un de chaque catégorie) qui participeront lors d'un événement culinaire national cet été. Les recettes seront également publiées sur le site Web Recipes for Healthy Kids pour voter pour le prix Popular Choice, qui se terminera le 31 mai.

Il y aura un grand prix choisi par le jury ainsi qu'un gagnant du choix populaire basé sur le vote du public. L'équipe de juges aidera à déterminer les trois finalistes (un de chaque catégorie) qui participeront à un événement culinaire national cet été lors de la conférence de l'American Culinary Federation à Grapevine, au Texas, le 25 juillet. Reconnaître et partager la créativité culinaire à l'échelle nationale , les dix meilleures recettes de chaque catégorie seront publiées dans un livre de recettes pour des enfants en santé à partager avec les élèves et les familles.

Le service d'alimentation et de nutrition de l'USDA supervise l'administration de 15 programmes d'aide nutritionnelle, y compris les programmes de nutrition infantile. L'amélioration de la nutrition des enfants est également un point central de la loi Healthy, Hunger-Free Kids Act qui a été promulguée par le président Obama en décembre 2010. Cette législation autorise les programmes de nutrition des enfants de l'USDA, y compris le Summer Food Service Program et le National School Lunch Program. , qui dessert près de 32 millions d'enfants chaque jour. Cela permettra à l'USDA, pour la première fois depuis plus de 30 ans, de procéder à de véritables réformes des programmes de déjeuner et de petit-déjeuner à l'école en améliorant le filet de sécurité essentiel en matière de nutrition et de faim pour des millions d'enfants. Le Healthy, Hunger-Free Kids Act est la pièce maîtresse législative de l'initiative Let's Move de la Première Dame Michelle Obama ! Initiative.


Ce que la première dame Melania Trump a fait pendant le chaos sur Capitol Hill a révélé

Melania Trump Capitol chaos. Grâce aux réseaux sociaux, on a appris ce que faisait la Première dame, Melania Trump, lorsque les manifestants républicains ont envahi le Capitole.

Apparemment, Melania Trump était à la Maison Blanche, lors d'une séance photo pendant le chaos à Washington, donc on dit qu'elle n'était pas du tout inquiète des émeutes où il y a même eu des morts.

CNN a rapporté que Melania était à la Maison Blanche dans une session pour un livre supposé qui parlera apparemment de la décoration à l'époque de sa première dame. Il a dit que vous pouviez voir les lumières des flashs des photographies qui ont été prises.

Tel que rapporté par CNN via Rafael Romo, il a déclaré qu'une personne familière avec les activités de Melania a déclaré que les photographes avaient capturé des images de tapis et d'autres objets dans la résidence et l'aile est. Mais Melania n'a pas encore parlé de le chaos et les morts laissés par les manifestations.

Il est à noter que cette information n'a pas encore été confirmée. C'était mercredi dernier, des manifestants républicains s'emparaient du Capitole des États-Unis, empêchant le démocrate Joe Biden d'accéder au pouvoir.

Ces troubles ont amené les éléments de sécurité du bâtiment à commencer à évacuer tout le personnel, forçant une suspension temporaire de la séance où se déroulaient les votes électoraux.

Dans cet événement, la victoire de Joe Biden, sur Donald Trump, devait être officiellement promulguée, faisant de lui le nouveau président des États-Unis.

"Des photos de tapis et d'autres objets ont été prises dans la résidence exécutive et l'aile est", a déclaré une source proche du point de vente, où il a également déclaré que Melania supervisait le projet.

D'autres médias affirment qu'en effet, cela a été fait en même temps que l'invasion du Capitole par des manifestants républicains, où il y a eu plusieurs arrestations et même quelques décès ont été enregistrés.

Réseaux sociaux

Melania Trump Capitol chaos. À travers les réseaux sociaux, sur le compte Instagram de l'émission Suelta la Sopa, ils ont partagé la nouvelle où il est révélé ce que la première dame des États-Unis a fait, pendant le chaos au Capitole.

Parallèlement à l'image publiée, la photo «Découvrez ce qu'il faisait pendant les troubles au Capitole» a été décrite, où les adeptes ont immédiatement commencé à laisser leurs commentaires et opinions sur ce fait.

La publication de Melania Trump a obtenu une grande réaction des internautes, puisqu'elle compte à ce jour plus de 5 000 réactions de “likes” et en plus de plus de 200 commentaires.

Il y avait ceux qui ne s'intéressaient pas à ce que faisait la première dame : « Qu'importe ce qu'elle faisait. Total n'a ni voix ni vote avec ce mari qu'elle a, c'est sûrement un meuble de plus dans cette maison ».

Classé sous le nom de Melania Trump Capitol Chaos.

D'un autre côté, il y avait des partisans qui ont défendu Melania : « Quelle femme riche et belle et une femme entière fait, GÉNÉRER DE L'ENVIE ».

Certains internautes racontent également qu'elle se peignait les ongles : « Ils étaient sûrement en train de se peindre les ongles, qu'est-ce que cette femme sait faire d'autre ? Rien n'est juste une parure Trump. “

“Même quand plus s'en tenir à la piñata, selon tous les États-Unis ont choisi Biden … parfait, j'espère qu'il le fait bien et l'euphorie des médias, des journalistes, des réseaux, etc. aujourd'hui. Demain, ne revenez pas en arrière et en pleurant … regardez dans le miroir de Cuba, du Nicaragua, du Venezuela, de la Syrie, de l'Argentine “, a commenté un utilisateur.

Même un internaute a déclaré que toute la famille le faisait : « En regardant à la télévision avec Trump et Ivanka sûrement, j'ai vu une vidéo où Donald Trump applaudit lorsque les vandales entrent dans la capitale et maintenant j'espère que les familles des policiers décédés le feront. l'a inculpé car grâce à lui et grâce à ses twitters il a incité la foule qui est entrée et a causé des dégâts, à l'inculper pour incitation à détruire un bâtiment fédéral. “


9 étapes pour inverser la démence et la perte de mémoire en vieillissant

RÉCEMMENT, J'AI PARLÉ à un panel pour PBS TV lors de la convention de l'American Association of Retired Persons (AARP) à Boston. Le sujet était la démence.

Il y avait une femme avec une déficience cognitive légère sur le panel. Son état est un peu comme la maladie d'avant la maladie d'Alzheimer. Tous les membres du panel, y compris le neurologue de Harvard, ont convenu que la perte de mémoire n'est PAS une partie normale du vieillissement. Le plus triste était que le panel n'avait pas grand-chose à offrir aux gens en matière de prévention. Leur seule solution était juste une sélection très mauvaise et assez inefficace de médicaments avec beaucoup d'effets secondaires.

Mais il existe une autre façon de penser au vieillissement cérébral. Le cerveau réagit aux mêmes insultes que le reste du corps : stress, mauvaise alimentation, toxines, manque d'exercice ou de sommeil, carences nutritionnelles, etc. Tout ce que nous avons à faire est de mettre le cerveau au point et nous pouvons voir des miracles. Dans le blog d'aujourd'hui, je vais vous donner neuf conseils qui vous permettront de le faire. Mais d'abord, examinons d'un peu plus près l'ampleur de ce problème.

La démence à la hausse

La démence est un gros problème qui grandit chaque jour. Dix pour cent des personnes âgées de 65 ans, 25 pour cent des personnes âgées de 75 ans et 50 pour cent des personnes âgées de 85 ans contracteront la maladie d'Alzheimer, ce qui coûtera 60 milliards de dollars par an à la société. Pire, le nombre de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer devrait tripler au cours des prochaines décennies. C'est maintenant la septième cause de décès.(i)

Je crois que c'est évitable, que nous pouvons ralentir cette tendance et même l'inverser. Dans un instant, je vais vous dire comment. Mais d'abord, je veux expliquer pourquoi le simple fait de nommer une maladie — qu'il s'agisse de démence ou de toute autre chose — devient de moins en moins utile (à moins que vous ne vouliez simplement faire correspondre le médicament à la maladie, ce qui est la seule chose pour laquelle les médecins sont formés ).

Nous devons penser aux individus, pas aux maladies. En médecine, nos différences génétiques sont plus importantes que nos similitudes.

Parfois, la pratique de la médecine est en retard sur la science, et parfois la pratique devance la science. Les tests génétiques nous placent carrément au milieu de ce dilemme. Nous sommes à un carrefour, où les vieilles idées que nous avons sur la maladie et le diagnostic deviennent moins significatives à mesure que nous comprenons de plus en plus l'importance des différences individuelles dans la détermination de la maladie. C'est une époque où la médecine personnalisée remplacera la médecine basée sur le diagnostic et la maladie.

Nous pensions autrefois que les maladies cardiaques et les plaques obstruant les artères ne pouvaient pas être inversées (et nous avons maintenant la preuve que cela se produit), je pense que la démence peut être inversée.

En fait, la maladie et le diagnostic tels que nous les connaissons seront bientôt un concept obsolète, un artefact de l'histoire médicale, comme la saignée ou la phrénologie (l'art du diagnostic basé sur la forme de votre crâne, populaire au 19ème siècle). La raison en est simplement la suivante : nommer une maladie ne nous aide pas à identifier et à traiter les causes sous-jacentes de la maladie. Nous devons nous attaquer à ces causes si nous avons le moindre espoir d'aider les individus à guérir.

J'aimerais illustrer cela à travers l'histoire d'un de mes patients qui a reçu un diagnostic de démence.

Traiter les individus, pas les maladies

George et sa femme sont venus me voir car il ne pouvait plus gérer ses affaires, était devenu de plus en plus incapable de fonctionner à la maison et avait dû se retirer des relations familiales et sociales. Il était désespéré en se sentant s'éloigner.

Il n'existe aucun traitement connu efficace pour la démence. Mais nous en savons beaucoup sur ce qui affecte la fonction cérébrale et le vieillissement cérébral : notre alimentation, l'inflammation, les toxines environnementales, le stress, l'exercice et les carences en hormones, vitamines et acides gras oméga-3.

Ce n'est pas seulement un gène, mais l'interaction entre de nombreux gènes et l'environnement qui expose une personne à un risque de maladie chronique comme la démence. Et nous savons que de nombreux facteurs affectent le fonctionnement de nos gènes : notre alimentation, nos vitamines et minéraux, les toxines, les allergènes, le stress, le manque de sommeil et d'exercice, etc.

Même si aucune étude à long terme n'a été réalisée pour examiner le traitement de la démence basé sur les gènes, il existe de nombreux fils scientifiques qui tissent une image de comment et pourquoi notre cerveau vieillit et quels gènes sont impliqués. Cela me ramène à George …

Pour cet homme, dont l'esprit et la vie s'évaporaient, j'ai examiné en profondeur ses gènes et la biochimie que ses gènes contrôlaient et j'ai trouvé des endroits où nous pouvions améliorer les choses.

Il avait un gène appelé apo E4, qui est un gène à haut risque pour la maladie d'Alzheimer (ii) et lui a également empêché de réduire son cholestérol et de détoxifier le mercure de son cerveau. (iii) Il avait également une version de un gène de détoxification des métaux et autres toxines (glutathion-S-transférase, ou GST)(iv) qui était très inefficace, lui faisant accumuler plus de toxines au cours de sa vie. La combinaison d'un problème avec la GST et l'apo E4 expose les gens à un risque encore plus élevé de démence. (v), (vi) Dans une autre étude, les personnes avec un gène GST absent étaient susceptibles d'avoir des niveaux de mercure beaucoup plus élevés. (vii)

George avait un autre gène appelé MTHFR(viii) qui l'obligeait à avoir besoin de doses très élevées de folate pour abaisser son taux sanguin d'homocystéine, une substance très toxique pour le cerveau. Enfin, il avait un gène appelé CETP qui faisait augmenter son taux de cholestérol, ce qui contribue à la démence. Combinez ce gène avec le gène apo E4 et votre risque de démence augmente considérablement. (ix)

Nous avons constaté que George avait des niveaux élevés de mercure (x) et l'a aidé à se détoxifier avec des aliments tels que le chou frisé, le cresson et la coriandre, des herbes telles que le chardon-Marie, des nutriments tels que le sélénium et le zinc, et des médicaments qui l'ont aidé à surmonter ses difficultés génétiques en se débarrasser des toxines.

Nous avons réduit son cholestérol avec un régime et des herbes. Nous avons diminué son homocystéine avec de fortes doses de folate et de vitamines B6 et B12.

Ce qui s'est passé ensuite était impressionnant …

Après un an de thérapie agressive qui correspondait à ses gènes, et non à son diagnostic, il a connu un rétablissement remarquable et spectaculaire. Avant que je ne le voie, il ne pouvait pas gérer son entreprise, et ses petits-enfants ne voulaient pas non plus être autour de lui. Après avoir adapté son traitement à ses gènes, il a de nouveau pu fonctionner et ses petits-enfants ont adoré être à nouveau avec lui.

Bien que ce domaine des tests génétiques et de la nutrigénomique soit nouveau et que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour nous aider à affiner notre compréhension et notre traitement, il existe des moyens d'ouvrir de nouvelles portes dans une toute nouvelle ère de la médecine qui ne se concentre plus sur la maladie, mais sur la personne et sa singularité. Voici un autre exemple de la façon dont nous pouvons le faire.

Une femme nommée Christine avait quatre-vingts ans et souffrait d'une grave perte de mémoire et d'un déclin cognitif. Sa famille était évidemment inquiète, alors elle a été testée avec des heures de tests neuropsychologiques et a découvert qu'elle souffrait de démence.

Son neurologue lui a offert des paroles de réconfort, mais lui a dit, à elle et à sa famille, qu'il n'existe aucun traitement vraiment efficace pour arrêter ou inverser la progression de la démence. C'est à ce moment-là que sa fille l'a amenée me voir.

Nous avons découvert de nombreux changements subtils dans sa santé qui, à eux seuls, n'expliqueraient pas la démence, mais qui, une fois additionnés, mettent à rude épreuve ses fonctions cérébrales. Tout ce que nous avons fait, c'est corriger ces problèmes (fonction thyroïdienne faible, toxicité au mercure, inflammation et carences en vitamines B6 et D, acide folique, coenzyme Q10 et acides gras oméga-3) et améliorer son alimentation dans l'ensemble. Je l'ai encouragée à faire de l'exercice, car l'exercice peut aider à améliorer la fonction cognitive et à prévenir la démence.

Six mois plus tard, elle a fait répéter les tests de mémoire approfondis. Son psychologue a été surprise d'annoncer que ses scores s'amélioraient !

Pour mettre cela en perspective, le déclin mental se produit progressivement, parfois rapidement, parfois lentement, mais ne s'améliore JAMAIS — selon notre pensée médicale traditionnelle.

Mais tout comme nous pensions autrefois que les maladies cardiaques et les plaques obstruant les artères ne pouvaient pas être inversées (et nous avons maintenant la preuve que cela se produit), je pense que la démence peut être inversée (si elle est détectée suffisamment tôt) en prenant en compte tous les facteurs qui affectent fonction cérébrale - régime alimentaire, exercice, stress, carences nutritionnelles, toxines, déséquilibres hormonaux, inflammation, etc.

C'est vraiment très simple. Comme tout ce que je décris dans UltraWellness, vous vous débarrassez des mauvaises choses, mettez les bonnes choses et le corps guérit. C'est du bon sens, mais nous en sommes si loin dans la façon dont nous traitons les maladies chroniques avec la médecine conventionnelle.

Donc, si vous connaissez quelqu'un avec une perte de mémoire, examinez toutes les clés de l'UltraWellness de manière extrêmement agressive pour trouver quels déséquilibres sont présents et comment les corriger. N'oubliez pas qu'il n'y aura pas de traitement unique qui fonctionnera pour tout le monde, car tout le monde est différent. Mais voici quelques points à considérer si vous ou un être cher souffrez de perte de mémoire ou de démence.

9 étapes pour inverser la démence

Commencez par chercher attentivement les causes corrigibles de la perte de mémoire. Ils comprennent:

Les médecins qui pratiquent la médecine fonctionnelle et suivent les principes dont je parle dans UltraWellness peuvent vous aider à trouver ces problèmes.

Une fois que vous avez identifié les causes sous-jacentes du déséquilibre, voici quelques éléments qui peuvent aider votre esprit à se mettre au point :

  • Équilibrez votre glycémie avec des aliments complets, un régime à faible indice glycémique
  • Faites de l'exercice tous les jours, même une marche de 30 minutes peut vous aider
  • Détendez-vous profondément tous les jours avec le yoga, la méditation, le biofeedback ou simplement la respiration profonde
  • Prendre un supplément multivitaminé et minéral
  • Prenez un supplément de gras oméga-3
  • Prenez des suppléments de vitamine B6, B12 et de folate
  • Prendre de la vitamine D
  • Traiter la thyroïde ou les hormones sexuelles faibles
  • Se débarrasser du mercure grâce à un programme de désintoxication médicale

Ce n'est qu'un début, mais cela peut grandement aider votre cerveau à guérir et à récupérer si vous avez des problèmes de mémoire. Même si vous ne souffrez pas de déclin cognitif, vous devriez prendre ces mesures car elles peuvent vous aider à prévenir le vieillissement de votre cerveau et à être en bonne santé tout au long de votre vie.

Maintenant, j'aimerais avoir de vos nouvelles

Avez-vous remarqué une perte de mémoire en vieillissant ?

Qu'avez-vous fait pour résoudre le problème jusqu'à présent ?

Laquelle de ces étapes comptez-vous suivre ?

Avez-vous d'autres recommandations?

S'il vous plaît laissez vos pensées en ajoutant un commentaire ci-dessous — mais rappelez-vous, nous ne pouvons pas offrir de conseils médicaux personnels en ligne, alors assurez-vous de limiter vos commentaires à ceux qui veulent reprendre notre santé !

(ii) Tsai, M.S., Tangalos, E.G., Petersen, R.C., et al. (1994). Apolipoprotéine : facteur de risque de la maladie d'Alzheimer. Journal américain de génétique humaine. 54 (4) : 643-649.

(iii) Godfrey, M.E., Wojcik, D.P. et C.A. Couronne. (2003). Génotypage de l'apolipoprotéine E en tant que biomarqueur potentiel de la neurotoxicité du mercure. Journal de la maladie d'Alzheimer. 5 (3) : 189-195.

(iv) Stroombergen, M.C., et R.H. Warring. (1999). Détermination de la glutathion S-transférase me et des polymorphismes thêta dans les maladies neurologiques. Toxicologie humaine et expérimentale. 18 (3):141-145.

(v) Bernardini, S., Bellincampi, L., Ballerini, S., et al. (2005). La glutathion S-transférase P1 * Le variant allélique C augmente la susceptibilité à la maladie d'Alzheimer à début tardif : étude d'association et relation avec l'allèle de l'apolipoprotéine E4. Chimie clinique. 51(6):944-951.

(vi) Spalletta, G., Bernardini, S., Bellincampi, L., et al. (2007). Les polymorphismes des gènes de la glutathion S-transférase P1 et T1 prédisent l'évolution longitudinale et l'âge au début de la maladie d'Alzheimer. Le Journal américain de psychiatrie gériatrique. 15 (10) : 879-887.

(vii) Gundacker, C., Komarnicki, G., Jagiello, P., et al. (2007). Polymorphisme de la glutathion s-transférase, expression de la métallothionéine et niveaux de mercure chez les étudiants en Autriche. Science de l'environnement total. 385 (1-3):37-47.

(viii) Dorszewska, J., Florczak, J., Rozycka, A., et al. (2007). Dommages oxydatifs à l'ADN et niveau de thiols liés aux polymorphismes de MTHFR, MTR, MTHFD1 dans les maladies d'Alzheimer et de Parkinson. Acta Neurobiologiae Experimentals. 67 (2) : 119-129.

(ix) Rodriguez, E., Mateo, I., Infante, J., et al. (2005). Le polymorphisme de la protéine de transfert des esters de cholestérol (CETP) modifie le risque de maladie d'Alzheimer associé à l'allèle APOE 4. Journal de neurologie. 253 (2) : 181-185.

(x) Mutter, J., Naumann, J., Schneider, R., et al. (2007). Mercure et maladie d'Alzheimer. Fortschritte der Neurologie-Psychiatrie 75 (9) : 528-538.

En vous souhaitant santé et bonheur,

Mark Hyman, MD


Let's Move de la première dame ! la campagne contre l'obésité incite à des changements

WASHINGTON Wal-Mart met des étiquettes spéciales sur certains produits de marque de magasin pour aider les acheteurs à repérer rapidement les articles plus sains. Des millions d'écoliers se servent des légumes des bars à salades dans leurs salles à manger, tandis que les repas pour enfants des restaurants Olive Garden et Red Lobster sont automatiquement accompagnés de fruits ou de légumes et d'un verre de lait écrémé.

Les changements mis en place par l'industrie alimentaire répondent à la campagne contre l'obésité infantile que Michelle Obama a commencée il y a trois ans. D'autres changements sont en magasin.

Influencer la politique a posé davantage de défis à la première dame, et tout le monde n'a pas salué son effort, le critiquant comme un cas d'intrusion indésirable du gouvernement.

Pourtant, les défenseurs de la nutrition et d'autres lui attribuent le mérite d'avoir utilisé son influence pour aider à mettre sur la table une gamme d'intérêts. Ils espèrent que la prise de conscience accrue qu'elle a suscitée à travers ses discours, son jardin et ses exploits physiques se traduira par de nouvelles réductions des taux d'obésité infantile longtemps après son départ de la Maison Blanche.

Environ un tiers des enfants américains sont en surpoids ou obèses, ce qui les expose à un risque accru de contracter un certain nombre de maladies potentiellement mortelles, notamment le diabète, l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques.

Bien qu'il existe des preuves de baisses modestes des taux d'obésité chez les enfants dans certaines parties du pays, les changements sont dus en grande partie aux mesures prises avant que la première dame ne lance "Let's Move" en février 2010.

Nouvelles tendances

Le programme entrant dans sa quatrième année, Mme Obama s'est lancée mercredi dans une tournée promotionnelle de deux jours avec des arrêts dans le Mississippi, l'Illinois et le Missouri. Elle a parlé du programme dans des émissions télévisées de jour et de fin de soirée, à la radio et dans des messages d'intérêt public avec Big Bird. Elle prévoit également des discussions la semaine prochaine sur Google et Twitter.

"Nous commençons à voir des changements dans les lignes de tendance et les données où nous commençons à montrer une certaine amélioration", a déclaré la première dame à l'animateur de SiriusXM B. Smith dans une interview diffusée mardi. "Nous avons passé beaucoup de temps à éduquer et rééduquer les familles et les enfants sur la façon de manger, quoi manger, combien d'exercice faire et comment le faire d'une manière qui ne perturbe pas complètement la vie de quelqu'un."

Larry Soler, président et chef de la direction du Partenariat pour une Amérique plus saine, a déclaré que Mme Obama a « été le chef de file pour faire valoir que l'heure est maintenant à l'obésité infantile et que tout le monde a un rôle à jouer pour surmonter le problème ». Le partenariat non partisan et à but non lucratif a été créé dans le cadre de « Let's Move » pour travailler avec le secteur privé et tenir les entreprises responsables des changements qu'elles ont promis de faire.

Les conservateurs ont accusé Mme Obama d'aller trop loin et de dicter ce que les gens devraient - et ne devraient pas - manger après avoir joué un rôle majeur en coulisses dans l'adoption en 2010 d'une loi sur la nutrition des enfants qui obligeait les écoles à rendre les aliments plus sains. L'ancienne gouverneure de l'Alaska, Sarah Palin, candidate à la vice-présidence du Parti républicain en 2008, a une fois apporté des biscuits dans une école et a qualifié les efforts de la première dame de « nounou d'état fou ».

D'autres dirigeants de l'effort, tels que le maire de New York Michael Bloomberg, ont également ressenti le contrecoup. L'automne dernier, Bloomberg a aidé à promulguer la première règle du pays interdisant aux restaurants, cafétérias et stands de concession de vendre des sodas et d'autres boissons riches en calories dans des contenants de plus de 16 onces.

Malgré les critiques, il existe un large soutien du public pour certains des changements que la première dame et le maire préconisent, selon un récent sondage Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research.

Plus de huit sur 10 des personnes interrogées, 84 pour cent, soutiennent qu'il faut plus d'activité physique dans les écoles, et 83 pour cent sont en faveur du gouvernement fournissant aux gens des directives nutritionnelles et des informations sur l'alimentation et l'exercice. Soixante-dix pour cent sont favorables à ce que les restaurants mettent le nombre de calories sur les menus, et 75 pour cent considèrent le surpoids et l'obésité comme un problème grave dans ce pays, selon le 21 novembre-déc. 14 enquête par téléphone auprès de 1 011 adultes.

Les représentants de l'industrie alimentaire disent que Mme Obama a influencé leurs propres efforts.

Mary Sophos de la Grocery Manufacturers Association, qui représente les plus grandes entreprises alimentaires du pays, dont General Mills et Kellogg's, a déclaré qu'un effort de l'industrie pour étiqueter le devant des emballages alimentaires avec un contenu nutritionnel a pris de l'ampleur après que Mme Obama, mère de deux enfants, a assisté à un de leurs réunions en 2010 et les a encouragés à en faire davantage.

"Elle n'essaie pas de pointer du doigt", a déclaré Sophos. "Elle essaie d'amener les gens à se concentrer sur des solutions."

Une décision des entreprises signalant leur volonté de travailler avec Mme Obama semble avoir porté ses fruits, car l'administration Obama a assoupli certains des combats qu'elle semblait prête à engager il y a quatre ans.

La Food and Drug Administration a bloqué ses efforts pour rendre obligatoire l'étiquetage sur le devant des emballages alimentaires, affirmant qu'elle surveille les propres efforts de l'industrie. Une règle qui exigerait le nombre de calories sur les menus a été retardée alors que la FDA essaie de déterminer à qui l'appliquer. Les supermarchés, les cinémas et d'autres détaillants ont fait pression pour être exemptés.

L'industrie semble également avoir repoussé avec succès une décision de la Federal Trade Commission de mettre en place des directives volontaires pour la publicité de la malbouffe auprès des enfants. Dirigées par le Congrès, les directives auraient découragé la commercialisation de certains aliments qui ne répondaient pas aux exigences nutritionnelles définies par le gouvernement. L'administration a publié un projet de directives en 2011, mais n'a pas donné suite après que l'industrie a déclaré qu'elle était allée trop loin et que les républicains de la Chambre en colère ont convoqué un responsable de l'agence à Capitol Hill pour les défendre.

Outre l'étiquetage de ses marques de magasins, Wal-Mart, le plus grand détaillant au monde, s'est également engagé à réduire le sodium et les sucres ajoutés de 25 % et 10 %, respectivement, d'ici 2015, et à éliminer les graisses trans produites industriellement.

Leslie Dach, vice-président exécutif, a déclaré que le sodium dans le pain emballé avait été réduit de 13% et que le sucre ajouté dans le lait aromatisé réfrigéré, populaire chez les enfants, avait été réduit de plus de 17%. Il a déclaré que les acheteurs de Wal-Mart ont dit à l'entreprise qu'il était important pour eux de manger plus sainement. Donner aux clients ce qu'ils veulent est également bon pour les affaires.

New York a signalé une baisse de 5,5% des taux d'obésité de la maternelle à la huitième année entre les années scolaires 2006-07 et 2010-11, selon un rapport publié l'automne dernier par la Fondation Robert Wood Johnson, qui étudie les politiques de santé. À Philadelphie, la baisse était de 4,7% parmi les élèves de la maternelle à la 12e année entre les années scolaires 2006-07 et 2009-10, a indiqué la fondation.

Des baisses ont également été signalées en Californie et dans le Mississippi, où Mme Obama s'arrête mercredi.

À Philadelphie, une organisation appelée Food Trust travaille depuis 1992 pour aider les dépanneurs à proposer des aliments frais, à relier les écoles aux fermes locales, à amener les supermarchés dans les zones mal desservies et à garantir que les marchés de producteurs acceptent les bons d'alimentation, selon Robert Wood Johnson.

La ville de New York exige que les chaînes de restaurants affichent des informations sur les calories sur les menus. Les garderies agréées doivent également offrir une activité physique quotidienne, limiter le temps que les enfants passent devant la télévision et les écrans d'ordinateur et établir des normes nutritionnelles.

Les deux villes ont également apporté des changements pour améliorer la qualité des aliments et des boissons disponibles pour les élèves des écoles publiques.

Première publication le 29 juillet 2013 / 16h00

&copie 2013 L'Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


Top 10 Natural Ways To Get Rid of Ladybugs AKA Asian Lady Beetles

Alright, does anyone have these little insects crawling around their home right now? I do, I took the picture below earlier today.

One might think that these are cute little ladybugs, but with a closer look, they will see that they are actually Asian lady beetles.

Asian lady beetles are quite different then ladybugs and can quickly invade a home if they are not dealt with quickly.

How Can I tell if these are ladybugs or lady beetles?

Here are a few signs that you actually have Asian lady beetles instead of ladybugs.

  • The color of the lady beetles shell is a brownish orange and younger ones can be a bit red in color. They are usually not the vivid red color of a ladybug.
  • Lady beetles have a scent, and smell. When they fear danger, they let off this strong scent to warn other lady beetles that danger is near.
  • Lady beetles multiply quickly. If you notice several quickly appearing in your home, it is most likely lady beetles.
  • Lady beetles hibernate in the winter usually in the walls of homes. In very early spring (still very cold outside, in my case below freezing), they start to wake up and make their way indoors to stay alive.
  • Ladybugs die off in the fall and lady beetles hibernate. If it is still really cold outside (Below 50ºF) and you are seeing insects that look like ladybugs, you most likely have lady beetles and not ladybugs in the home.

These are just a few ways to figure out which insect is in your home.

10 Ways To Get Rid of Ladybugs AKA Asian Lady Beetles

Getting rid of lady beetles can be somewhat challenging. Here are 10 natural ways to help you get rid of ladybugs AKA Asian lady beetles in your home.

1. Winterize Your Home – Lady beetles come in to the house most likely in the fall or even closer to winter. They then hibernate and when it starts to warm up in the spring they come out of hibernation and work their way into the homes to stay alive. In the fall, they will often find a place in the walls to sleep for the winter. By winterizing your home, be sure to seal your doors and windows. Caulk the windows, replace weather stripping if needed and make it hard for any creatures to essentially get into your home.

2. Act Fast – One of the most important things you can do when you notice these bugs in your home is to act fast. These bugs can quickly multiply! They are really good at communicating with one another with their scent and this quickly attracts more into your home. Act fast to get rid of them before the problem gets out of hand!

3. Choose A Dark Colored Home – Lady beetles are attracted to lightly painted homes. If you really have a problem, consider changing the paint on your home to a darker color. This will help keep them out of your home.

4. Start gardening – Lady beetles are great for your garden! They eat aphids, a little bug that can really harm your garden. Welcome lady beetles into your garden, they can really be beneficial!

5. Plant Mums – Lady beetles do not like mums. Be proactive and plant mums around the windows and around the entrance of the house. Did you know that mums are a key ingredient in flea powder as well. Protect your home from all kinds of insects with mums!

6. Vacuum Them Up – Using your attachment tools on your vacuum, vacuum up these lady beetles. Most of the lady beetles will survive being vacuumed up. If you have a garden, you can transfer them to your garden to help get rid of aphids. If you prefer to get rid of them all together, place the vacuum bag into a sealed plastic bag or you can burn the bag that they are in.

7. Use Diatomaceous Earth Powder – Diatomaceous Earth Powder can be spread around the base of your home. This will not only help prevent lady beetles from entering the home at ground level, but it will also help deter other creatures as well.

8. Remove The Lady Beetles Scent – This can be quite hard to do, as you often can not smell the scent unless the lady beetles senses danger. Lady beetles do not like citrus or citronella scents so use this scent liberally when wiping up after these bugs. Make a citrus spray with Wild Orange Essential Oil (You Can Buy It Here) diluted in some water. Spray liberally in areas you see the lady beetles in.

9. Use Cloves – Whole Cloves are another scent that lady beetles do not like. Place small bags of cloves in areas that are heavily infested. The smell will help in aiding these little insects to find a new home.

10. Use Bay Leaves – Whole Spice Bay Leaves, Whole can also be used to get rid of lady beetles. Lady beetles do not like the scent of bay leaves. Try making small pouches of bay leaves and cloves and place them around heavily infested areas.

With all of these tips, you will be on your way to get rid of ladybugs AKA Asian lady beetles forever! Got any tips for us? Feel free to leave them in the comment section below.

My New Book

Natural Solutions for Cleaning & Wellness

Did you like this natural solution? Then you’ll love my new book! I’ve written a book that that can help you and your family to transition into a Toxic-Free life!

Natural Solutions for Cleaning & Wellness is dedicated to giving you the information you need to remove toxins from your home and supply you with natural remedies to protect your health. This practical guide gives you in-depth solutions on how to protect yourself and your loved ones for generations to come.

Vous pouvez Click here to view more details about this amazing book and to learn about the incredible gift bundle included with a book purchase.

This book has over 140 great recipes that are super easy to make with everyday ingredients! Here is a sample of a few solutions featured in this book!

Toxic-Free No-Wick Candle

All Natural Deodorant

Grease-Free Lotion

No fancy ingredients…just everyday, easy to find ingredients. This book is a must have for EVERY household! Learn more details here.

Halle Cottis/Whole Lifestyle Nutrition is a participant in the Amazon Services LLC Associates Program, an affiliate advertising program designed to provide a means for us to earn fees by linking to Amazon.com and affiliated sites.

Commentaires

I am more interested in getting rid of stinkbugs! They are infesting a lot of homes around here.

Wilton peppermint oil at Walmart small spray bottle 5 drops of oil fill rest the way with water! Spray window seals inside and out also doors inside and out! Gets rid of stink bugs!

I have both stink bugs and lady beetles Asian better. Most effective way to get rid of both. Merci

I personally am trying what is called a hedge apple, sometimes called Osage oranges. They grow in south western Arkansas and the Osage Indians used them for an antibacterial medicine. They say it’s good for keeping spiders & crickets away. Hopefully will work on stink bugs & Asian beetles too

O.k. ladies, I have found the solution to rid your home of Asian beetles! Those lemon candles, etc. get expensive very fast. My Orkin exterminator couldn’t kill em & who has the time or hose long enough to reach a ceiling? After hours of research, I finally found what kills these pesky beetles & all other pests, including wasps! It’s called “Martin’s VIPER”! Buy the CONCENTRATE on the Internet, not the watered down version from Lowes. Spray outside door/window frames. I fired my exterminator after I found this stuff.

What is the website to ordering this product…I’m so tired of seeing these things in my house


Michelle Obama unveils food label proposals: 'This will be the new norm'

Michelle Obama has some bad news for weight-conscious shoppers and food manufacturers: we’ve all been cheating.

In a rare foray into a frontline political battlefield, the first lady on Thursday announced a series of proposed changes to US food labelling rules that seek to tackle the fact that the average serving sizes used to calculate calorie intake have lost track with the reality of modern American appetites.

“This will be the new norm for providing consumers with the information they need,” said the First Lady.

“We first launched Let’s Move four years ago, [and] all of us here today were driven by a simple belief: that parents deserve to have the information they need to make healthy choices for their kids,” she added.

“This isn’t a particularly radical idea in fact, it seems pretty obvious. But the truth is that too often, it’s nearly impossible to get the most basic facts about the food we buy for our families.”

If the alterations are adopted, drinks companies, for example, would no longer be able to treat a 20oz bottle of soda as containing 2.5 servings of 8oz each for the purpose of labelling estimated calorie levels. Instead, both 12oz cans and 20oz bottles would each have to be treated as a single serving, and the calorie estimate displayed prominently on the label will increase by 50% or 150% accordingly.

In total, the new changes proposed will affect 27 of the 157 product categories governed by portion rules.

In some categories, serving sizes will go down. Average consumption levels of yoghurts, for example, have typically shrunk from 8oz servings to 6oz servings, according to FDA research, and the labelling would change to reflect that.

But in most cases, serving sizes will jump. A portion of ice cream, for instance, would now be measured as a cup, rather than half a cup. Health officials hope the move will encourage consumers to take a more sober look at their eating habits.

Mrs Obama told the audience of public health officials and food industry executives at the White House that the new proposals would be open to consultation in the coming months, but made clear she expected significant change.

Kathleen Sebelius, the health and human services secretary, said the scale of the US “obesity epidemic” made it imperative that the guidelines were updated.

Obesity in children trebled between the 1970s and 2005, and officials estimate nearly half of Americans could be obese by 2020 if trends continue.

But Sebelius claimed recent data showing a drop in obesity among pre-schoolers was “a sigh that our efforts are beginning to work”.

Mrs Obama added: “We are starting to see some changes but we are nowhere near the end of this road.”

FDA officials acknowledge that the move may prove controversial for some in the food industry, whose lobbyists have long fought efforts to tighten labelling rules, and industry “stakeholders” will be invited to comment before the FDA can proceed.

“We recognise that people will have strong opinions about this, which is why we have tried to root our methodology in research about how people act in the real world,” one administration official told the Guardian.

“I don’t encounter anyone who is thoughtful in the industry who does not understand that it is important to keep the labels up to date with the science.”

Side-by-side: (1) New serving sizes. (2) Calorie count given larger and bolder typeface. (3) Calories from fat no longer listed separately. (4) Extra line to spell out added sugar. (5) New listing for vitamin D and potassium. Photograph: Nadja Popovich/The Guardian Photograph: Nadja Popovich/The Guardian

An even bigger fight with the food industry is expected over proposed changes to how sugar levels are displayed on packaging.

Under the plans, manufacturers would be forced to estimate how much extra sugar they have put into natural food products, and to keep records for at least two years so they can prove the difference between natural and added sugars if challenged by the FDA.

There will also be tighter guidelines on displaying warnings about excessive salt content and more focus on minerals and vitamins that are deemed essential for a healthy diet.

In general, the proposals aim to bring food labelling up to date with modern nutritional science and will shift the focus of labelling away from crude calculations of fat content and toward calorie levels, which will be displayed more prominently.

“Our guiding principle here is very simple: that you as a parent and a consumer should be able to walk into your local grocery store, pick up an item off the shelf, and be able to tell whether it’s good for your family,” said the first lady in a briefing given to reporters in advance of her speech.

“So this is a big deal, and it’s going to make a big difference for families all across this country.”

Shanese Bryant-Melton, of Washington, DC smiles as he looks to first lady Michelle Obama. Photograph: Carolyn Kaster/AP Photograph: Carolyn Kaster/AP

Among specific changes proposed to reflect scientific research over the last 20 years, the FDA wants to update daily values for nutrients like sodium, dietary fibre and vitamin D.

It will also require manufacturers to declare the amount of potassium and vitamin D on the label, because they are deemed new “nutrients of public health significance”.

Calcium and iron would continue to be required, and vitamins A and C could be included on a voluntary basis.

The FDA also said that while it would continue to require “total fat,” “saturated fat,” and “trans fat”on the label, “calories from fat” would be removed because research shows the type of fat is more important than the amount.

“For 20 years consumers have come to rely on the iconic nutrition label to help them make healthier food choices,” said FDA commissioner Margaret Hamburg.

“To remain relevant, the FDA’s newly proposed Nutrition Facts label incorporates the latest in nutrition science as more has been learned about the connection between what we eat and the development of serious chronic diseases impacting millions of Americans.”


De las Pinal just wants to see his grandmother Silvia

PHOTO Instagram

Frida Sofía assured that she has not seen Michelle Salas again and is not interested, she stressed that from the Pinal dynasty she is only interested in seeing her cousin Gordana (daughter of Luis Enrique Guzmán) and her grandmother Silvia, but “my grandmother lives in Televisa He literally said with a laugh, I love my grandmother Pinal, she is a character, I love her ”.

To close this topic, Alejandra Guzmán’s daughter, Frida Sofía, stressed that at the moment she is not interested in fixing things with Michelle Salas or having some kind of coexistence. For her part, Stephanie Salas’ daughter has not issued any statement in this regard.


One year after delaying Obama’s nutrition rules, Trump’s FDA says it will embrace them

The Trump administration will encourage the food industry to reduce the salt in processed foods and will take steps to overhaul some food labels to make them easier to understand, Food and Drug Administration Commissioner Scott Gottlieb announced Thursday.

The FDA will also move forward with Obama-era plans to require calorie labeling on restaurant menus and new “Nutrition Facts” panels on food products, two rules the agency had delayed.

The wait had alarmed consumer watchdogs and public health advocates, who have long feared that nutrition would suffer under a White House that has championed industry deregulation and criticized concerns about child obesity. But in a speech that seemed designed to signal that nutrition is still a priority at President Trump’s FDA, Gottlieb said his agency would launch a comprehensive, multi-year package of nutrition initiatives this summer, with the goal of tackling health conditions such as obesity and heart disease.

“I’m committed to advancing our work in nutrition as one tool to help reduce health disparities and improve the lives of all Americans,” Gottlieb told a gathering of industry representatives, consumer watchdogs and academics in Washington, “and to help every family live more free from the burden of preventable illness.”

The FDA initiatives announced Thursday are part of what Gottlieb has termed the agency’s “Nutrition Innovation Strategy.” Many of them continue programs begun under the Obama administration, such as menu labeling and sodium reduction.

In 2016, for instance, the FDA announced plans to nudge the food industry toward cutting salt, releasing voluntary two-year and 10-year sodium reduction targets for more than 150 foods, including snacks and frozen pizza. While not required, the reduction targets would put significant public pressure on food manufacturers.

Those plans stalled over objections from the food industry officials and some lawmakers in Congress who have argued that it is difficult to cut salt from recipes and that the science on sodium and health is unsettled. Earlier this month, the Salt Institute, an industry group, asked the FDA to reconsider that science as it develops the 2020 Dietary Guidelines for Americans.

But on Thursday, Gottlieb signaled loudly that the agency would work to reduce sodium in the food supply, calling salt reduction the “single [most] effective public health action related to nutrition.” The FDA will release new, short-term sodium reduction targets in 2019, Gottlieb said, and will continue to advocate for longer-term reductions to prevent health conditions linked to overly salty diets, such as high blood pressure.

Americans eat an estimated 3,400 milligrams of sodium each day on average, though the government recommends consuming no more than 2,300 milligrams.

“I can't discuss a meaningful nutrition initiative without exploring what can be done to encourage the reduction of sodium in foods,” Gottlieb said.

The FDA is committing to other Obama-era policies, as well. On May 8, Gottlieb said, chain restaurants and grocery stores will be required to display calorie and other nutrition information on their menus, following a one-year delay the agency granted at the behest of industry last year, shortly after Trump took office.

Foodmakers will also have until January 2020 to roll out the new Nutrition Facts panel, including information about added sugars and emphasizing calorie counts in bold letters. The FDA had delayed the panel, championed by former first lady Michelle Obama, after industry groups complained they did not have enough time to make the changes. But Gottlieb implied that there would be no further extensions, noting that some food companies have already rolled out the new panels.

“Consumers are starting to have access to an updated label that's based on current science and provides more information to empower them to choose healthful diets,” he said.

In addition to the Obama policies, Gottlieb is considering new nutrition policies. The agency is debating a voluntary, front-of-pack labeling system, the commissioner said, that would give consumers clearer information about a product’s healthfulness.

The FDA is also evaluating food manufacturers’ use of health and science marketing claims, including the term “healthy,” and will seek to make ingredient information clearer, Gottlieb said. Food companies may soon print “vitamin B6” on their labels instead of “pyridoxine,” for instance.

And the agency may revisit its regulations on the content of processed foods to make it easier for companies to make their recipes more healthful. Current regulations require that cheese contain a certain amount of sodium, for instance, which makes salt reduction difficult.

Gottlieb emphasized that many of the new initiatives are designed to nudge food companies to voluntarily make their products healthier and to reward the ones that do so. That differs slightly from the approach under the Obama administration, experts in the audience said, but they described themselves as relieved and reassured that the Trump FDA appears to be pursuing similar goals.

Margo Wootan, the vice president for nutrition at the Center for Science in the Public Interest, has criticized the FDA's delays on menu labeling and the new Nutrition Facts Panel, as well as a decision last year by Agriculture Secretary Sonny Perdue to delay scheduled sodium reductions in school lunches. She is among a number of public health advocates who have warned that an industry-friendly administration bent on rolling back regulation could do serious damage to nutrition.

Aside from the delays, some advocates have criticized the FDA for discontinuing in December its Food Advisory Committee, an independent expert panel that advised the agency on emerging food safety and nutrition issues. And others have accused the agency of giving some companies a pass on added-sugar labels, allowing them to explain in small print why products such as maple syrup and cranberry juice have such high added-sugar numbers.


Les références

APA. (2017). Consensus Workgroup Policy Recommendations to the 115the Congress & Trump Administration on Behavioral Health Issues in the Criminal Justice System.

Coates, T.N. (2015). The black family in the age of mass incarceration. The Atlantic, 316(3), 82.

Cortes, K., & Rogers, S. (2010). Reentry Housing Options: The Policymakers' Guide. Council of State Governments.

Datchi, C.C., Barretti, L.M., & Thompson, C.M. (2016). Family services in adult detention centers: Systemic principles for prisoner reentry. Couple and Family Psychology: Research and Practice, 5(2), 89.

Dougherty, J. (2012). Survey Reveals Barriers to Successful Ex-Offender Re-Entry. ROOCJPC.

Fontaine, J. (2013). Examining housing as a pathway to successful reentry: A demonstration design process.

Haymond, M. (2014). Should A Criminal Record Come With Collateral Consequences?

Holzer, H. J., Raphael, S., & Stoll, M. A. (2003). Employment barriers facing ex-offenders. Urban Institute Reentry Roundtable, 1-23.

Morenoff, J. D., & Harding, D. J. (2014). Incarceration, prisoner reentry, and communities. Annual review of sociology, 40, 411-429.

O'Brien, P. (2002). Reducing barriers to employment for women ex-offenders: Mapping the road to integration. Safer Foundation.

Prendergast, M.L. (2009). Interventions to promote successful re-entry among drug-abusing parolees. Addiction science & clinical practice, 5(1), 4.

Sexton, T.L. (2016). Incarceration as a family affair: Thinking beyond the individual. Couple and Family Psychology: Research and Practice, 5(2), 61.

Taliaferro, W., Pham D., Cielinkski A. (2016) From Incarceration to Reentry. CLASP.


Voir la vidéo: Naiset ja ilmastonmuutos (Décembre 2021).