Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Comment un groupe de bérets verts à la retraite a appris à fabriquer le whisky le plus patriotique du monde

Comment un groupe de bérets verts à la retraite a appris à fabriquer le whisky le plus patriotique du monde

En tant que directeur des opérations de la distillerie American Freedom à Saint-Pétersbourg, en Floride, Scott Neil est confronté au stress quotidien lié à la gestion d'une petite entreprise. Là encore, il sait une chose ou deux sur le stress au travail.

Le soldat à la retraite des Forces spéciales faisait partie de l'une des premières équipes à diriger la charge antiterroriste en Afghanistan après le 11 septembre. Après des années de combat dans certains des endroits les plus dangereux de la planète, Neil a aidé à démarrer American Freedom, une distillerie construite par des vétérans, pour les vétérans.

Ce n’est pas aussi inhabituel que vous pourriez le penser. «Il y a une histoire formidable d’anciens soldats qui ouvrent des distilleries», dit Neil. «Mount Vernon de George Washington était l’une des plus grandes distilleries de l’époque.» D'autres membres notables de ce petit club incluent le colonel Edmund Haynes Taylor et le colonel James B. («appelez-moi Jim») Beam. Pour les connaisseurs de bourbon, c'est à peu près aussi proche de la royauté du whisky que possible.

Aujourd'hui, il y a encore de nombreux distillateurs vétérans et distilleries appartenant à des vétérans qui font leur apparition aux États-Unis. «Pour nous, c'était une question de transition et de poursuite de la passion», dit Neil. «Nous avions tous servi ensemble à un moment donné de notre carrière et mené de nombreuses batailles, et lorsque nous avons tous pris notre retraite, nous sommes restés proches.

Certains des employés de la distillerie American Freedom faisaient partie des célèbres soldats bérets verts qui ont combattu les talibans à cheval dans les montagnes du nord de l'Afghanistan. Leur histoire a fait l'objet du film de 2018 «12 Strong».

Le bourbon Horse Soldier de la distillerie est un hommage à ces combattants. Le riche whisky au blé, vieilli dans de nouveaux fûts de chêne américain, affiche l'image de l'America’s Response Monument, une statue en bronze du Liberty Park de New York qui surplombe le mémorial et musée national du 11 septembre. Une série spéciale de whisky mettra en vedette une bouteille moulée par de l'acier récupéré de l'épave des Twin Towers.

Vous vous demandez peut-être combien de vétérans travaillent réellement à la distillerie. «Nous sommes six tous ensemble», dit Neil. «Nous étions tous soit dans le régiment des Rangers, soit dans les forces spéciales, soit les deux.

Il est important pour Neil et les autres d’embaucher des vétérans dans la mesure du possible. «Nous croyons vraiment qu'il faut redonner à la communauté des vétérans, ainsi que travailler avec ceux qui font partie de notre culture d'anciens combattants», dit-il. «Nous faisons également partie de Veterans Florida, qui aide à embaucher et à former des vétérans à travailler dans la distillerie.»

En outre, Neil et son équipe ont également lancé une association 501 (C) (6) appelée Veterans Artisan Distillers Guild qui aide d'autres propriétaires et travailleurs vétérans de distillerie à se rassembler pour partager des informations, de la formation et du soutien entre eux.

Bien que la renommée d'American Freedom soit le bourbon emblématique Horse Soldier, il fabrique également une gamme de rhums Rekker, ainsi qu'une expression de la force du canon Horse Soldier et une expression de la force du canon Select Horse Soldier Commander vieillie huit ans dans du chêne américain neuf.

«Chaque bouteille du Commander’s Select est signée par le commandant et le commandant adjoint du soldat à cheval et comprend une pièce de défi et une dépêche du commandant soulignant le courage des combats dans les premiers jours de la guerre en Afghanistan», explique Neil.

«Nous avons utilisé les mêmes compétences qui nous ont aidés sur les champs de bataille éloignés à fabriquer du whisky», explique Neil. «Les films, les livres et les documentaires parlent de qui nous étions, et maintenant nous aimerions montrer à tout le monde ce que nous faisons: faire du whisky, pas la guerre!»

Voir la vidéo: UN COURS SUR LE PORT DU BÉRET. (Septembre 2020).